Ingamadji Mujos Némo

Ingamadji Mujos Némo propose des événements culturels. Découvrez les dates de Ingamadji Mujos Némo.

Ces lieux ont déjà accueilli Ingamadji Mujos Némo : Espace Mac Orlan à Peronne.

Ingamadji Mujos Némo

Photos de Ingamadji Mujos Némo

Plus d'informations sur Ingamadji Mujos Némo

Mujos, Le Pape du Dala

Porte-flambeau de la musique tchadienne, Ingamadji Mujos Némo, de son vrai nom Ingamadji NEMONGUEL Joseph, est né le 18 novembre 1957 à Moundou, au sud du Tchad. Epris d'art en général et de musique en particulier dès son jeune âge, le futur artiste de renom cultive sa passion par des expériences enrichissantes et variées.

Dès 1976, il s'essaya sur une vieille guitare à quatre cordes puis évolue dans de petits groupes, notamment le groupe « Dounia » dont il a contribué à la formation à Sarh en 1979. Suivront une évolution en duo avec « Les Rossignols » qu'il forma avec Issa Bongo et des productions en solo à l'image de ses idoles Mougalbaye, André-Marie Talla, G.G Vickey, Doumi Thomas... Tout en ne perdant pas de vue la musique, il s'intéresse au théâtre et participe, au début des années 1980, à la fondation du Théâtre Vivant Baba Mustapha (TVBM) à Ndjamena.

Admis à l'Institut Géographique National après l'obtention du baccalauréat E au lycée technique industriel du Tchad et six années d'enseignement en qualité de professeur de mathématiques, Mujos débarque en France. Les études en Topographie et Génie Civil n'entament pas sa passion. Mieux, il s'améliore d'année en année au contact d'autres musiciens d'horizons divers. Il se perfectionne, prend part à divers concerts, réalise des musiques de films tchadiens.

Afin de personnaliser son style tradi-moderne, il opte résolument pour le rythme du terroir natal, garant inépuisable de la sève nourricière musicale. Il lança le mouvement « Dala », « Dala » étant une danse très populaire dans la communauté dite Sara au sud du Tchad. Le succès inattendu du mouvement lui vaudra alors le surnom de « Pape du Dala ».

« Le Pape » sort sa première cassette audio « Virginie » en 1995, suivie deux ans plutard du CD « Offensive Dala » dont le succès traversera les frontières du Tchad. Avec l'album « Intar Afrika » (debout ! Afrique), invitation aux Africains de tous horizons à retrousser les manches pour le développement du continent, paru en 2000, Mujos s'installe définitivement sur l'échiquier international. Il sera propulsé au sommet du « Kilimandjaro », une émission de la radio Africa N°1 consacrée à la musique africaine, et occupera longtemps la seconde place du hit parade. La même année, sa Première cassette vidéo live sera mise sur le marché à la suite d'une série de concerts au Tchad, accompagné par l'orchestre local Gombo Salsa. De ses multiples concerts en France dont ceux de Poitiers et Péronne avec ses « Compagnons » sortiront plus tard des DVD live.

Artiste engagé, homme de conviction, Mujos ne se limite pas dans son répertoire aux chansons sentimentales. Ainsi, après un moment de pose, il revient au devant de la scène en 2004 avec deux albums thématiques suivis d'un premier best of pour attirer l'attention du public sur certaines dérives de la société. Il dénonce la situation des « Enfants de la rue », réveille les consciences, s'engage pleinement dans la sensibilisation de la population aux ravages du VIH-Sida (« Apocalypsida ») et aux méfaits de l'alcool (« Prudence alcool »).

Particulièrement attaché à la promotion de la culture tchadienne, il mit sur pied en 2006, avec l'association Inga Productions, le festival annuel de musique dénommé « Dala à Moundou ». La manifestation réunit à chacune de ses éditions la grande majorité des diverses sensibilités artistiques du pays et un public tout acquis à la cause.

Pour l'ensemble de ses oeuvres, ses engagements, la promotion de la culture dont il est devenu l'emblème, la Nation tchadienne reconnaissante l'élèvera en mars 2007 au grade de Chevalier de l'Ordre du Mérite Civique.

Alors qu'il préparait un film documentaire pour rendre hommage à son père spirituel, le célèbre chanteur-cithariste Doumi Thomas, oublié du grand public, Mujos sera anéanti par le décès de celui-ci puis par celui de son associé et complice, le conteur et balafoniste Keyba Natar. Son second best of paru en 2011 sera alors baptisé « Hommage ». Hommage à ces baobabs de la musique traditionnelle tchadienne. Le film documentaire sera publié en Décembre 2012 alors même que l'infatigable artiste se tourne déjà vers un autre combat avec son dernier titre « Yaya », le combat pour la défense des lamantins du site de Léré, au sud du Tchad, menacés de disparition.

S'il mène de front ses activités musicales et son métier d'infirmier d'Etat, l'inusable Mujos a plus d'une corde à sa guitare. Professeur de maths, Technicien Topographe, Technicien de Génie Civil, Footballeur...l'homme peut quasiment tout faire.

Mû par la passion de la musique, par un élan créateur et une imagination intarissable, bravant inlassablement les insurmontables obstacles de l'autoproduction, le prolifique auteur-compositeur-guitariste, « Le Pape du Dala », n'a pas fini de surprendre même si la prise de sa retraite musicale se chuchote déjà dans les chaumières.

Célestin DOGOUM

Adresse et contact de Ingamadji Mujos Némo

Adresse : 5 rue des clématites 80200 Peronne

Contacter Ingamadji Mujos Némo par e-mail ou par téléphone au +33618548103

Le site web de Ingamadji Mujos Némo : www.mujos.com

Vidéos et clips de Ingamadji Mujos Némo

Découvrez d'autres artistes Groupes de musique africains